Nous contacter Piolet club Genève, Rue Agasse 54, 1208 Genève

LE MOT DU PRESIDENT

Pour mon dernier Mot du Président, voici l’histoire vraie de Guido Tonella, journaliste à la Tribune de Genève dans les années 70 et au Corriere della Sera, ami de plusieurs alpinistes genevois connus à cette époque,


L’histoire commence en 1865.

Un apothicaire genevois, Monsieur François Thuri vient se mesurer avec le Cervin et il effectue accompagné de guides la 8ème ascension de notre montagne et la 1ère traversée de l’arrête du Hörnli et du Lion.

Pour consacrer son exploit, il fait détacher par ses guides une pierre du sommet du Cervin, c’est une chose qui se faisait couramment à l’époque, la plupart des alpinistes qui étaient géologues ou minéralogues rapportaient un souvenir scientifique.

Mais lui, il a voulu avoir un témoin de son exploit dans les mains.

Une fois arrivé en bas à Viège le scrupuleux apothicaire a fait authentifier le caillou chez un notaire avec le témoignage de ses deux guides.

Comment le caillou est arrivé dans les mains de Tonella ?

Thuri avait une collection de livres de montagne et autres souvenirs d’alpinisme qu’il avait laissés à ses héritiers qui n’ont pas eu beaucoup d’égards pour ses affaires ce qui fait que tout ça a fini dans une vente aux enchères.

L’acquéreur, un ami de Tonella à qui il rendit visite en 1935, Monsieur Georges Amoudruz, collectionneur genevois qui ne s’est pas spécialement intéressé à ce caillou lui dit : Tiens, toi qui es alpiniste, je te donne le sommet du Cervin !

Au début de la deuxième guerre mondiale Tonella est envoyé à Berlin par son journal, il arrive avec ses livres de montagne et le caillou en souvenir des Alpes. En novembre 1943 un effroyable bombardement a lieu et Tonella perd toutes ses affaires… et le sommet du Cervin disparait dans la bagarre et dans les ruines de Berlin !

Alors la question se pose, tous ceux qui ont gravi et prétendu être arrivés et toucher le sommet du Cervin ne l’ont pas vraiment touché… c’est une histoire qui nous oblige à rectifier l’histoire du Cervin.

Et Monsieur Tonella, lui a touché le sommet de la montagne dans sa chambre, car c’est la seule fois qu’il l’a touché malgré ses exploits d’alpiniste, il était plutôt un journaliste qui s’occupait de montagne mais au sommet du Cervin, il n’y est jamais allé !

Jean-Paul

Toucher le sommet